Jazz, Rock, musique pop et photo au théâtre du Grenier à Bougival

Jeudi 15 février le Bougival Photo-Club était invité à exercer ses talents lors d’un concert donné au théâtre du Grenier par les groupes Jazz et Pop-Rock du conservatoire de musique de Bougival.

Cette intervention se situait dans le cadre des relations amicales entretenues entre le club photo et les associations et groupes culturels de la ville de Bougival.

En effet, depuis le forum des associations de septembre 2017 les groupes Pop-Rock et Jazz du conservatoire de musique de Bougival ouvrent leurs ateliers aux membres du club photo pour leur permettre de s’exercer à faire des photos de musiciens en action, en échange cela leur permet d’avoir des photos de leurs membres et d’alimenter leur photothèque. Jusqu’à présent, les prises de vue s’étaient faites dans le local de répétition du groupe Pop-Rock ainsi qu’à l’occasion d’une prestation musicale en plein air lors de la journée du Téléthon animée par le groupe Harley-Davidson de Bougival.

Le 15 février était une autre affaire. Il s’agissait de faire des prises de vue dans une ambiance de concert en salle avec éclairage de scène.

 

               

Les choix techniques :

La complexité de la prise de vue était renforcée par le choix de ne pas utiliser de flash pour bien retraduire l’ambiance naturelle du concert et des éclairages de scène, ce qui nécessitait un objectif lumineux. Les photos ont été prises avec un Nikon D750, monté avec un objectif 24-120mm F/4 pour les prises de vue d’ensemble et avec un objectif 70-200mm f/2,8 pour les gros plans et photos rapprochées.

Pour le mode de mesure de l’exposition, j’ai choisi le mode « mesure pondérée sur les hautes lumières » tout particulièrement destiné aux prises de vues avec des ambiances très contrastées, ce qui est le cas des artistes sur scène éclairés par des projecteurs.

 

Pour maitriser la profondeur de champ, j’ai choisi le mode priorité ouverture en gardant la sensibilité ISO en mode automatique pour que la vitesse ne descende pas trop et n’entraine pas de flou de bougé ou de flou des musiciens en action. Une fois vérifié, que suivant les éclairages et les sujets, en ouvrant au maximum, je ne descendais pas en dessous du 1/60e de seconde pour la vitesse et ne montait pas au delà de 3200 ISO pour la sensibilité afin de ne pas avoir trop de bruit, j’ai pu me concentrer sur le sujet.

                                                    

 

Les choix de prises de vue :

J’ai commencé par faire des photos d’ensemble pour avoir tous les musiciens sur scène en utilisant un zoom 24-120mm, puis j’ai monté le 70-200mm pour prendre chaque musicien en action avec son ou ses instruments. Mention particulière à Marie qui joue de la contrebasse, de la basse, de la guitare et du piano. Pour les chanteuses j’ai essayé de saisir leurs expressions qui évoluaient suivant les chansons, et j’ai privilégié pour cela les gros plans.

Je me suis également exercé à faire quelques gros plans sur les instruments dont le rendu changeait en fonction des variations de l’éclairage.

 

En conclusion

J’ai passé une très bonne soirée musicale – car j’ai pu profiter du spectacle avec un répertoire riche et varié et des musiciens et chanteuses de bon niveau – et photographique, car c’était une expérience enrichissante pour mieux maitriser son appareil dans des conditions de prise de vue complexes. J’ai eu la chance de pouvoir exercer dans une ambiance bon enfant. J’ai essayé de me faire le plus discret possible pour ne pas gêner les musiciens et le public.

 

 

1 Commentaire

  1. Le choix était stratégique de ne pas utiliser de flash afin de préserver les éclairages de la scène. Celui du choix des focales répondant bien au exigences de cadrages, chaque musicien aura pu être mis en valeur. Une expérience à renouveler

Laisser un commentaire