La Défense octobre 2019

La Défense octobre 2019

Situé à moins d’une demi-heure de transport de Bougival, l’ensemble de La Défense fait partie des sites récurrents pour les sorties du club photo de Bougival, sur le thème de l’architecture et de l’urbain, car il offre des paysages et des sujets différents tout au long de l’année en fonction de temps de l’heure et de la lumière.

Ses tours de verre de toutes tailles et de toutes couleurs offrent lignes de fuite et reflets captivants. Son esplanade ouverte sur Paris d’un côté et sur Nanterre de l’autre apporte de vastes perspectives où l’animation permanente ajoute l’humain à l’urbain. La Grande arche avec son escalier monumental, son ascenseur extérieur, son nuage de téflon, ses câbles d’acier, offre lignes futuristes et matériaux fascinants. 

Le temps était à la pluie en ce dimanche matin de mi-octobre mais la météo annonçait une éclaircie en milieu de matinée. La petite équipe décidait de tenter l’aventure en se disant que si la lumière n’était pas idéale, la pluie offre aussi des ambiances spécifiques qui permettent au photographe d’exercer son regard sur d’autre sujets et d’autres ambiances.

Bien nous en a pris, car dans le cadre habituel des tours, des gratte-ciel, et du mobilier urbain permanent du site, tentacules de pieuvres géantes, chaise volante, voiture lampadaire, lotus animé nous attendaient clôturant la dernière journée de la deuxième édition de l’exposition d’art contemporain à ciel ouvert, les Extatiques.

Après un long moment à guetter les meilleurs mouvements des tentacules vertes de l’Octopied buileding, l’épanouissement des pétales roses de la Breathing Flower, à fouiller les brouillards de la Fog scupture sur le bassin Takis au bas de l’esplanade, la pluie s’est rappelée à nous.

Le temps pour Véronique de sortir son poncho de randonnée, pour Cyril de tester sa housse plastique transparente spécialement conçue pour prendre les photos sous la pluie tout en protégeant appareil et objectif et pour Michel de traquer les passants ayant sorti leur parapluie, le ciel s’est ouvert. La lumière a percé à travers les nuages, innondant d’un bleu intense les tours ruisselantes et coiffant l’esplanade d’un ciel féérique.

Cerise sur le gâteau, un groupe de danseuses de l’Orion Crew, tout de blanc vêtues, a pris place sur le parvis de la Grande arche pour tourner un clip vidéo de danse en univers urbain. Après avoir vérifié que nous pouvions photographier ce fut un petit moment de grâce où le plaisir du spectacle s’est ajouté à celui de la photographie.

Comme quoi, quel que soit le temps, il y a toujours quelque chose à photographier à La Défense.

Photos : Cyril Picancri, Véronique d’Aboville, Daniel Cornu, Michel Carvou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *